Accueil

 

Who lives, who dies, who tells your story.

 

J'ai entendu cette phrase dans une comédie musicale (Hamilton). Je la trouve authentique. Mais où pourrais je m'y situer ? Pour l'instant, je suis en vie, et c'est visiblement pas gagné vu l'obsession de la Vie pour essayer de me tâcler régulièrement. Et je raconte des histoires. Pas forcément la tienne, ni nécessairement la mienne. Une chose est sûre, je continuerai à écrire jusqu'au bout, parce que rien ne me fait me sentir plus en vie que le fait de laisser ma plume glisser.

 

J'ai toujours été une grande rêveuse mélancolique (ce qui doit pas mal expliquer mon amour pour Baudelaire et ses poèmes). Entre Spleen et Idéal, quelle parfaite description. Pour citer encore une comédie musicale (on ne change pas une équipe qui fait match nul), ma péférée cette fois, "s'il faut mourir, autant vivre à en crever" (Mozart l'Opéra Rock). J'essaie de m'y tenir, même si souvent mon mood serait plus "s'il faut vivre à en crever, autant mourir", mais on est pas là pour parler de mes problèmes psychologiques.

 

Enfin bref, j'aime les arts, et je les pratique avec plus ou moins d'adresse, mais comme tout, ça se travaille. J'espère progresser et évoluer au fil du temps.