Fanfiction Pop Culture – Gardienne des Univers

Gardienne des Univers

Je confesse, j'adore mettre en scène l'OC issu de ma propre identité. En plus d'être un excellent exercice d'écriture et d'offrir une infinité de possibilités puisque je me connais mieux que personne (ce qui est pratique en écriture), c'est relativement satisfaisant de s'imaginer comme une héroïne. Et j'adore m'offrir du fan service.

Bref, un peu comme dans Laiah vs titans, cette fiction sera assez spéciale. Je te laisse découvrir en quoi.


 

Risque de SPOIL des différents univers, celui ci sera indiqué dans le titre de chaque chapitre. Par ailleurs les chapitres peuvent se lire indépendamment les uns des autres, il n'a pas de trame narrative à suivre au fil des parties. Donc si tu veux lire uniquement les chapitres issus d'univers que tu connais, tu peux.


 

[TW : combats, sang]

Fanfiction gardienne des univers

Prologue

Il y a quelques temps encore, j'étais une étudiante normale. Je me levais chaque matin, plus ou moins tard, pour assister à une série de cours portés sur la littérature. Je travaillais aussi sérieusement que possible, je gérais mon petit logement avec brio, enfin, un neuf mètres carré n'est pas vraiment une tâche complexe, et je veillais à modérer mes sorties. Je suis toujours une habituée des amphis, rien n'a changé dans mon mode vie, mais, comment dire, j'ai une petite particularité. Disons que j'ai trouvé un travail original pour accompagner ma scolarité. Et quand je dis « original », je veux dire « veiller sur l'équilibre des mondes ». Rien que ça. Comment expliquer ce bordel...

Notre univers à nous, cette bonne vieille planète bleue contrainte de supporter le ramassis humain constituant sa population, est la base des autres dimensions. Il est appelé le Monde Source. Les autres vivent en symbiose autour de lui, mais parfois, il arrive que des évènements perturbent cette éthérée, ce qui risque d'entraîner la destruction totale du système entier. C'est pourquoi un être humain est choisi pour veiller sur ce grand ensemble. Le hasard désigne ce Gardien ou cette Gardienne parmi les milliards d'habitants de la Terre. Cette personne possède alors la capacité de voyager entre les univers, ce qui lui permet de régler le problème lorsqu'un ébranlement se fait ressentir. Ce dernier peut être une catastrophe de grande ampleur comme un détail qui semble futile. Une agence secrète est chargée de surveiller ces faits anormaux afin de pouvoir avertir celui ou celle qui dispose du pouvoir de réparer les dégâts. C'est également elle qui a pour responsabilité de trouver les nouveaux élus pour les guider au fil de leurs missions.

Bref, pour en revenir à ma situation plus que spéciale, le Gardien est décédé il y a peu, et j'ai été désignée pour le remplacer. Sur le coup, je n'ai pas compris, forcément. Je me suis mise à clignoter comme une ampoule agonisante pendant vingt bonnes minutes. C'était un samedi matin. Incapable d'en parler de peur d'être prise pour une folle, je suis restée enfermée chez moi. En début d'après midi, quelqu'un a toqué à ma porte. Son nom était Alaonore Smett, cette femme blonde au regard océan si sévère s'était présentée comme la directrice de l'agence. Elle m'avait expliqué la situation, et bien sûr, j'étais restée sceptique. Pour me convaincre, elle m'avait parlé de mon scintillement, celui que j'avais gardé au secret. J'étais donc forcée de la croire. Elle m'a ensuite conduite jusqu'au QG, c'est là que j'ai appris tout ce que je devais savoir. Depuis, je fais de mon mieux. Officiellement, je suis stagiaire d'une entreprise de rédaction qui m'a découverte par mes créations sur Internet. En réalité, je suis la nouvelle Gardienne chargée de veiller sur les univers.

Fanfiction gardienne des univers chapitre 1

Chapitre 1 : Naruto, ou le crush aux cheveux rouges

La jeune fille sortit de l'amphithéâtre, elle était assez petite, les yeux marrons, les cheveux tirant entre le brun et le châtain, longs et décoiffés, traversés par une mèche rouge éclatante et vêtue de noir avec de nombreux accessoires qui lui donnait un côté punk léger mais bien visible. Elle remonta son sac sur son épaule et saisit son téléphone afin de regarder l'heure. Au même moment, un message s'afficha sur l'écran de verrouillage. Il venait de l'agence, son contenu était bref, il fallait qu'elle vienne le plus rapidement possible. Laiah ne se posa aucune question, elle courut hors du bâtiment pour rejoindre l'arrêt de tram le plus proche. Elle rejoignit le centre de Nantes en quelques minutes, puis elle traversa à pleine vitesse les rues de la ville jusqu'à entrer dans un immeuble luxueux. Tout à l'extérieur dévoilait l'édifice comme le siège d'une entreprise de rédaction. Pourtant, l'activité qui se passait ici était bien plus importante que l'écriture. La brune prit l'ascenseur jusqu'au dernier étage et elle entra dans la salle gigantesque ou des machines tout droit sorties du futur étaient manipulées par de nombreux employés. Une femme blonde à l'air austère surveillait la pièce d'un œil concentré. Elle se tourna vers la nouvelle venue tandis que cette dernière s'approchait.

- C'est où cette fois ? demanda la plus jeune.

- Naruto.

- Et quelle est la mission ?

- Tu dois simplement veiller sur Gaara, physiquement comme psychologiquement.

Laiah sourit.

- Cool !

La leader ignora l'enthousiasme de la Gardienne pour continuer.

- Tu seras envoyée deux semaines après son enlèvement. Il est donc de nouveau à Suna et tu es nommée comme garde du corps personnelle.

- Entendu.

L'élue du hasard jubilait. Elle allait voir l'un de ses crushs et en était tout simplement ravie. Fermant les yeux, elle activa son pouvoir tandis que les dernières paroles de son alliée résonnaient près d'elle.

- N'oublie pas, tant que tu seras là bas et en vie, le temps ici s'arrêtera, tu seras seule, on ne pourra pas t'aider. Alors sois prudente.

La jeune fille hocha la tête avant de disparaître. Lorsqu'elle ouvrit les paupières, elle était entourée de noir. Il fallait qu'elle choisisse son avatar. Après un instant de réflexion elle garda le même physique, bien que ce dernier soit adapté en terme de force et de musculature. Concernant la nature de son chakra, elle opta pour un Katon prévisible et un Raiton appréciable. Elle choisit également de posséder des sharingans, pupilles qu'elle affectionnait beaucoup, mais qui seraient constamment activés, comme celui de Kakashi. Elle devait maintenant s'inventer une vie, car si elle apparaissait dans le monde des ninjas juste pour une mission, aux yeux des personnages, elle avait toujours existé, et ce jusqu'à ce qu'elle parte hors de l'univers des shinobis. Elle décida donc d'être une orpheline de Suna âgée de dix-sept ans, aux talents exceptionnels et qui était née avec les yeux du clan Uchiha pour une raison inconnue. Laiah termina la création de son identité en se donnant un passé au sein des forces spéciales du village du sable. L'avatar se présenta devant ses yeux avant de se fondre en elle pour devenir matière. Satisfaite, elle plongea dans l'univers de Naruto.


 

*********


 

La Gardienne ouvrit les yeux, elle était dans une pièce vide. La porte grinça dans son dos et la jeune ninja se retourna. Baki et Temari se tenaient dans le chambranle. La blonde tenait entre ses mains un dossier sur lequel le nom de la brune se trouvait.

- Je te présente Laiah, dit alors l'homme à la sœur de Gaara. Elle est une combattante redoutable en plus d'être d'une grande loyauté.

- Parfait, commenta l'autre d'un ton ferme pendant que son regard glissait sur l'adolescente.

Cette dernière se tenait droite, l'expression neutre, attendant la suite.

- Suis nous, ordonna Temari.

Les deux personnages se dirigèrent dans le couloir sans attendre une quelconque réponse. Ils marchèrent pendant une dizaine de minutes avant de s'arrêter devant une porte. La blonde toqua avant d'entrer. Une fois tous dans la pièce, ce fut Baki qui prit la parole pendant que Laiah se perdait dans la contemplation du jeune homme qui était à la tête du village.

- Pardonnez moi de ne pas vous avoir averti plus tôt, Maître Kazekage. Après votre enlèvement, le Conseil a décidé de vous assigner un garde du corps. Cette ninja a pour ordres de ne jamais vous laisser seul afin de vous protéger de tout danger.

Le cœur de la brune battait assez vite. Elle redoutait quelque peu le regard du leader au cheveux écarlates.

- Je me soumettrais alors à la décision générale, acquiesça celui ci de sa voix grave et posée sans quitter des yeux le rouleau qu'il lisait.

Rassurée de la réaction de son frère, Temari quitta la pièce après avoir posé le dossier de la jeune fille sur le bureau imposant. L'ancien sensei de Gaara la suivit, laissant Laiah seule tandis que le kage portait enfin son attention sur elle. Son rythme cardiaque accéléra encore face au yeux de glace de son supérieur. Leurs iris se rencontrèrent et elle réprima un frisson. Ils étaient si intenses. Elle avait du mal à comprendre comment il pouvait l'impressionner autant. Pourtant, ce n'était pas le seul personnage au charisme certain. Mais jamais elle ne s'était sentie aussi démunie face à quiconque.

- Tu as les mêmes pupilles que lui, affirma simplement le garçon.

- Vous parlez de Sasuke Uchiha ?

- Tu le connais ?

- Disons que ce n'est pas la première que l'on me compare à lui.

- Je vois.

Le silence répondit à ces deux mots. Gaara reprit son travail et Laiah fit ce pourquoi elle était là, surveiller. Le soleil était descendu depuis déjà quelques heures quand le jeune homme se leva de son siège. Le dernier document sur lequel il s'était penché était celui concernant sa nouvelle alliée. Il contourna le bureau et se dirigea vers la porte. L'étrangère infiltrée le suivit sans hésiter. Elle ne savait pas où il allait, mais sa mission était de ne pas le quitter, donc le lieu lui importait peu. Dorénavant, elle était l'ombre du Kazekage. Le dirigeant finit par entrer dans une suite spacieuse et luxueuse. Les quartiers du chef de village. Il retira le tissu qui recouvrait son corps, ne conservant que sa tunique bordeau et son pantalon, avant de se tourner vers sa garde du corps.

- Laiah ? appela-t-il en voyant que le regard de l'adolescente se perdait dans l'observation des lieux.

Nullement surprise, elle se contenta de plonger ses iris rouges dans ceux de son interlocuteur.

- Maître Kazekage ?

- As tu des horaires de repos dans ta nouvelle fonction ?

Il semblait soucieux.

- Ma présence vous gêne-t-elle ? demanda la jeune fille.

- Non, je me posais la question puisque Baki a parlé d'une surveillance constante. Il me paraîtrait normal que tu puisses te reposer.

Laiah fut légèrement interloquée. La sollicitude du garçon à la chevelure écarlate à son égard alors qu'il ne la connaissait pas la touchait. Il avait pourtant mille raisons de penser à lui et non aux autres. Après tout, ce qu'il avait vécu était au delà des limites de l'horreur. Elle avait souvent senti son cœur se serrer lorsqu'elle regardait les épisodes de Naruto abordant le passé tragique du personnage des sables. A ces pensées, le haut de ses pommettes se colora doucement d'un rouge léger presque imperceptible, et elle baissa les yeux de peur qu'il ne remarque son trouble. Elle jura dans son esprit. Elle n'était pas professionnelle. Toutefois, elle se reconnaissait la difficulté de la tâche étant donné que Gaara était l'un de ses crushs préférés.

- Je n'ai reçu aucune information sur une telle possibilité. L'ordre que j'ai reçu est celui ne jamais vous laisser, je suppose donc que je n'ai pas ce genre de faveurs.

Il fronça les sourcils, apparemment peu satisfait de la réponse. Le leader de Suna se demandait comment des instructions aussi strictes avait pu être imposés à une ninja, aussi forte soit-elle. Gardant le silence, il se retourna vers le coin cuisine afin de préparer son repas. Lorsque ce dernier fut prêt, Gaara sortit deux assiettes avant de lever les yeux vers la Gardienne. Elle n'avait pas bougé, se tenant droite aux côtés de la porte, le regard concentré balayant les alentours, à l’affût du moindre mouvement suspect. Sa mèche rouge feu dissimulait l'un de ses sharingans, pourtant, le shinobi savait qu'il était aussi actif que l'autre malgré les cheveux rebelles. Il l'appela doucement, lui désignant la table, et elle pencha la tête, ne comprenant pas son intention.

- Tu n'es pas obligée de te conduire comme une arme ou une machine, expliqua-t-il de sa voix grave et posée. Viens, manger avec moi ne va pas à l'encontre de tes ordres puisque tu restes à mes côtés.

Elle hocha la tête et vint s'installer en face de lui. L'adolescente était gênée, elle qui aimait sans retenue ses nombreux crushs fictifs, elle se sentait intimidée par le garçon. Cela ne lui était encore jamais arrivé. Était ce l'absence de pupilles dans ses iris bleus qui augmentait la puissance de son regard glacé ? Ce regard qui la sondait avec une efficacité déconcertante. Son esprit perturbé luttait entre sa raison, qui voulait qu'elle se concentre sur sa mission, et son cœur, qui mourrait depuis qu'elle était en présence du jeune homme. Laiah s'asséna une claque mentale. Ses sentiments envers tous ces personnages étaient trop forts, cela risquait de nuire à ses objectifs. Alors que le repas se passait sans un bruit, elle serra les dents, frustrée par ses pensées.

- Tu sembles troublée, commenta alors Gaara.

Cette fois ci, elle sursauta. Perdue dans son dilemme intérieur, elle avait relâché sa vigilance, ce qui était une erreur grave. Un masque neutre se forma alors sur son visage.

- Excusez moi, ça n'arrivera plus.

C'est tout ce que la Gardienne put répondre. Il n'avait pourtant pas semblé lui reprocher son comportement, mais elle estimait que cette attitude était indigne de sa fonction, qu'il s'agisse de sa couverture comme de sa réelle mission. Ils ne se dirent plus rien, et le Kazekage décida ensuite d'aller prendre une douche. Laiah profita de son absence pour souffler et reprendre une surveillance ardue des quartiers afin que rien ne perturbe la soirée de son protégé. Celui ci sortit de la pièce, une serviette enroulée autour de la taille, et l'étrangère infiltrée, désireuse de lui laisser son intimité, sortit sur le balcon du salon afin d'observer les accès au logement depuis l'extérieur. Une simple observation de la longue balustrade l'informa que deux entrées distinctes donnaient sur la terrasse qu'elle occupait. Celle provenant de la pièce de vie, et celle issue de la chambre du propriétaire des lieux. Cela présentait donc deux risques d'intrusion en plus de la probabilité qu'un ennemi accède au bâtiment depuis l'intérieur. Laiah soupira, espérant réussir sa mission. Son regard se perdit dans les cieux, où la lune offrait une douce lumière sur le village désert. Elle sentit un mouvement derrière elle et se retourna. Gaara venait d'ouvrir depuis la pièce de repos et s'était approché d'elle. Il avait enfilé un pantalon sombre mais était toujours torse nu, sûrement pour être plus à l'aise en dormant. Il s'accouda à la rambarde et se perdit lui aussi dans l'admiration de la voûte céleste.

- Savez vous s'il y a des chances qu'on attente à votre vie ? demanda soudainement la jeune ninja. J'aimerais être au courant si vous avez des ennemis particuliers, externes comme internes au village.

- Pourquoi supposerais tu que j'ai des ennemis au sein de Suna ?

Il avait baissé la tête pour la fixer, intrigué. Pourtant, cette fois ci, concentrée par sa réflexion, la Gardienne n'eut pas de difficulté à affronter ce regard intense.

- Je connais votre vécu. Vous avez changé ces dernières années et avez gagné la confiance de la population. Mais il n'est pas impossible que certaines personnes aient des desseins obscurs. Pas forcément envers vous en particulier, mais vis à vis de votre place. De nombreux kages ont été assassinés, je préfère être prudente.

Il hocha la tête avant de répondre.

- Je n'ai aucun ennemi particulier. Le village de Konoha est notre allié, j'entretiens avec les autres une relation de paix, et concernant mes propres camarades, je n'ai pour l'heure aucun soupçon à faire.

- Entendu.

Le silence refit surface, sans pour autant être lourd ou gênant.

- Vous devriez aller vous reposer, conseilla Laiah dans un murmure. Je me charge de veiller sur vous.

Gaara sembla hésiter un instant, puis il acquiesça et retourna dans sa chambre, laissant la porte fenêtre entrouverte afin de permettre à la fraîcheur nocturne d'aérer la pièce. L'adolescente ferma les yeux, profitant des facultés sensorielles de son avatar pour surveiller les sons alentours. Lorsque la respiration du Kazekage se fit régulière, elle déduisit qu'il s'était enfin endormi. Elle s'assit en tailleur sur la balustrade et savoura la douce caresse du vent sur ses joues. Le calme était enivrant pour son esprit comme son corps. Il la plongea dans un tel état paisible qu'elle put remarquer chaque détail de l'environnement. Elle entendait le sable rouler doucement sur le sol, le souffle des bourrasques dans les airs, celui, plus doux, de son protégé qui était dans les bras de Morphée. Elle capta le mouvement fluide des rideaux qui se balançaient lentement au rythme de l'air glacial ainsi que le froissement des draps lorsque le jeune homme assoupi se tournait, sans oublier le son cuivré qui, presque imperceptible, trancha la sérénité de la nuit. L'étrangère ouvrit brusquement les yeux. En un bond, elle était dans la chambre. En un geste parfaitement mesuré, elle lançait son kunaï à un mètre au dessus du leader de Suna, qui se réveilla aussitôt pour apercevoir tout d'abord sa nouvelle recrue, devant son lit, les deux sharingans fixant froidement derrière lui, puis le ninja qui, dans son dos, avait l'arme de Laiah plantée dans la tête jusqu'à la garde. Il tenait dans ses mains une fiole que le dirigeant identifia comme un poison. Ainsi, un assassin avait réellement été envoyé jusqu'à lui. Et pour éviter d'avoir à contrer sa redoutable défense de sable, l'assaillant avait opté pour l'empoisonnement, ce qui était judicieux. Du sang s'écoula le long du mur pendant que Gaara repoussait les tissus le couvrant afin de se placer près de la jeune fille.

- J'ai agi stupidement, toutes mes excuses.

Il la regarda sans comprendre.

- Si je l'avais simplement immobilisé, nous aurions pu l'interroger et obtenir le nom de la personne qui l'a envoyé ici.

- Ne te préoccupe pas de ça, répondit alors le garçon aux cheveux écarlates. Tu as sauvé ma vie, je t'en remercie.

Alertés par l'agitation à l'intérieur de la pièce, des ninjas accompagnés de la fratrie du kage firent irruption dans les quartiers de celui ci. Rapidement, après une explication de leur leader, ils prirent en charge le corps afin de mener une enquête. Temari et Kankuro s'assurèrent que leur petit frère allait bien et ce dernier les informa qu'il avait à ses côtés une alliée efficace. La Gardienne resta neutre, mais son cœur battait rapidement tant elle était touchée des compliments du shinobi. Pendant un instant, elle regretta que sa mission ne soit pas de « pécho Gaara » car elle en aurait été tout simplement ravie. Elle soupira intérieurement, s'exaspérant elle même. Reprenant son sérieux, elle se demanda si son rôle était de retrouver celui qui en voulait à la vie de son protégé, ou bien s'il ne s'agissait que d'une aventure au cours de sa mission. La seule précision qu'elle avait eu avant de plonger dans l'univers de Naruto était qu'elle devait veiller sur le Kazekage, physiquement comme psychologiquement. Mais que devait-elle faire pour le moral du jeune leader ? Laiah fut coupée dans sa réflexion par la voix grave de celui qui occupait ses pensées.

- Je vais rejoindre mon bureau le temps que cette affaire soit bouclée, expliqua le dirigeant.

Il enfila simplement son manteau de kage pour couvrir son torse avant de se diriger vers la porte.

- Gaara, l'interpella Kankuro. Tu devrais te faire accompagner de ninjas d'élite pendant quelques temps.

- Inutile, trancha son frère, j'ai déjà à mes côtés la personne la plus qualifiée.

Ses yeux de glace glissèrent sur Laiah qui avait suivi son protégé sans se poser de questions. Elle adressa donc un signe de tête au groupe de ninjas pour montrer qu'elle resterait vigilante, puis elle disparut dans le couloir à la suite du garçon aux cheveux écarlates. Une fois arrivés dans la pièce, la jeune ninja prit soin de refermer la porte derrière elle avant de vérifier la sûreté du lieu. L'heure n'était pas au relâchement. Le reste de la nuit resta toutefois très calme, et Gaara entreprit de lire des dossiers importants. Lorsque l'aurore se leva, l'unité chargée de l'enquête vint les avertir qu'ils n'avaient su retrouver l'origine de l'assassin. Le Kazekage classa donc l'affaire sans hésitations et continua à mener son rôle avec brio. La Gardienne passa finalement un mois aux côtés du jeune leader, veillant sur lui, sans savoir quand sa mission prendrait fin. Elle n'avait pas particulièrement hâte de rentrer, le temps chez elle était de toute façon figé, et elle se sentait bien près du dirigeant. Son calme et sa bienveillance l'apaisait et sa compagnie lui était très agréable. Comme elle l'avait pressenti devant l'animé, le jeune homme était, derrière sa remarquable puissance, atteint d'une fragilité tout aussi déroutante et il s'était révélé en manque sévère d'affection. Bien sûr, sa nouvelle fonction l'avait rapproché du peuple qui le craignait jadis, et son évolution lui avait permis de tisser avec son frère et sa sœur des liens forts, mais toute la dimension formelle de son rang l'avait également coupé de contacts simplement humains. C'est pourquoi, au fil du temps passé avec sa nouvelle alliée qui ne le quittait jamais, ne s'autorisant que quelques instants de repos dans le bureau lors des moments les plus calmes de la journée, il s'était lentement ouvert à elle, ce que l'étrangère infiltrée avait beaucoup apprécié. Elle se sentait flattée de la confiance qu'il lui portait.

Le leader de Suna s'approcha du balcon où Laiah avait pris l'habitude de se poser. Il trouva comme toujours assise en tailleur sur la rambarde, les yeux clos mais les sens en alerte. Il s'accouda à sa gauche et tourna la tête pour la regarder. Elle ouvrit alors les paupières et il plongea dans le rouge écarlate de ses iris. Il n'avait pas peur de confronter le sharingan et son pouvoir hypnotique, parce qu'il savait très bien qu'elle ne l'utiliserait jamais contre lui. De son côté, l'adolescente se sentait comme à chaque fois happée par ce regard de glace.

- Demain je dois partir pour Konoha, annonça-t-il enfin. Tu seras mon escorte.

La jeune ninja garda un instant le silence.

- Maître Kazekage, souffla-t-elle doucement, dois je comprendre que je serais seule à vous protéger ?

Gaara hocha la tête et son interlocutrice fronça des sourcils.

- N'est pas ce imprudent ?

- Temari et Kankuro m'ont dit la même chose que toi. Mais je préfère faire ce voyage discrètement sans un cortège qui se ferait remarquer.

La Gardienne finit par hocher la tête. Elle ne pouvait de toute façon pas aller à l'encontre des ordres.

- Aussi Laiah, continua le kage.

- Oui ?

- Tu as passé beaucoup de temps à mes côtés, au point qu'aujourd'hui, je te considère comme une amie, c'est pourquoi j'aimerais que dorénavant, tu utilises mon prénom et me tutoies.

Il crut un instant qu'elle allait refuser, gardant un silence surpris, puis elle sourit doucement.

- Comme tu voudras.

Le jeune leader retourna ensuite dans sa chambre pour se coucher et Laiah resta immobile face à la nuit noire du village des sables. Elle resta toutefois attentive au sommeil de son protégé, qui semblait troublé depuis quelques temps. Tandis que le calme régnait, l’adolescente songea à sa mission. En un mois, elle s'était assurée que rien n'arrive au Kazekage, pourtant, elle n'avait toujours pas atteint l'objectif fixé. A part la première nuit suivant son affectation à la garde de Gaara, il n'y avait eu aucune autre tentative d'assassinat à son encontre, et le principal de ses journées avait consisté à accompagner le shinobi à ses réunions. Elle tourna sa main gauche et fixa sa paume, se demandant ce qu'elle devait encore faire pour réussir. L'étrangère infiltrée se rappela des paroles d'Alaonore. Cette dernière avait parlé de la psychologie du jeune homme. Cela avait-il un rapport avec l'amitié qui les liait désormais ? Sa mission était-elle de se rapprocher du leader de Suna en plus de le protéger ? Jusqu'à quand devait-elle continuer ainsi dans ce cas ? Quelles étaient les limites à atteindre ? Elle soupira. Trop de questions, et si peu de réponses. Un gémissement se fit entendre, la sortant de sa réflexion. La ninja se précipita au chevet du garçon aux cheveux écarlates pour constater qu'il était victime d'un cauchemar. Elle hésita un instant, puis, songeant à ses dernières pensées, décida de faire ce qu'elle ferait avec n'importe lequel de ses amis. Elle s'approcha lentement du lit et s'assit sur le rebord avant de poser sa main sur le front du kage. Elle lui murmura des paroles réconfortantes pendant une dizaine de minutes et lorsque le dirigeant du village sembla apaisé, elle sourit. Son cœur battait à toute allure, elle pouvait le sortir cogner dans sa poitrine tant elle ressentait d'affection pour le shinobi. Ses yeux se posèrent sur le tatouage rouge qui ne ressortait que très peu dans la pénombre. Amour, voilà ce qui était inscrit sur la peau pâle du ninja. Elle sourit d'amusement en pensant aux sentiments incontrôlables qu'elle avait pour lui, après tout, elle ne pouvait pas se sentir plus accordée au thème. Alors qu'elle retirait sa main et s'apprêtait à partir de la chambre, Gaara la retint, à demi conscient, comme s'il était réveillé mais encore rattaché partiellement au monde des rêves.

- Reste, murmura-t-il.

Elle acquiesça et s'adossa au mur tout en allongeant ses jambes sur les draps. Ses doigts glissèrent délicatement dans la chevelure écarlate du garçon et ce dernier se serra contre elle, plongeant dans les bras de Morphée comme dans les siens. Laiah déduisit rapidement que le manque d'affection de sa fonction de dirigeant le fragilisait plus qu'il ne le montrait. Privé d'amour depuis l'enfance, il avait grande peine à combler le vide de son cœur et semblait encore délaissé sur de nombreux points. L'étrangère infiltrée comprit qu'il s'agissait là de son vrai but. Elle devait veiller sur lui sur tous les domaines. Jouant machinalement avec ses mèches, elle posa son regard sur Gaara et eut l'impression d'être au paradis. Ce garçon était un ange, et ainsi assoupi, il avait l'innocence qui lui avait été interdite durant son enfance. Gardant ses sens en alerte, elle se permit toutefois de rejoindre un sommeil léger, bercée par les respiration de son protégé.

Les deux ninjas se réveillèrent dès l'aurore afin d'être prêts à partir pour le village caché des feuilles le plus rapidement possible. Ils quittèrent Suna et entamèrent la traversée du désert. Trois jours de voyage étaient programmés, et leur avancée fut bien calculée puisque dès le coucher du soleil, ils avaient atteint la lisière de la forêt dense. Marquant une halte pour la nuit, les deux acolytes se relayèrent pour le tour de garde afin que tous deux puissent se reposer. Leur progression fut toutefois interrompue le lendemain, quand, aux alentours d'une clairière, un piège explosif se déclencha. Aussitôt, Gaara fit apparaître son sable pendant que devant lui, Laiah dégainait son sabre tout en parcourant la zone de ses sharingans. Quatre ninjas sans bandeaux apparents se placèrent face à eux. Celui qui semblait diriger les opérations ricana.

- Ainsi la rumeur était vraie, le Kazekage s'imagine si fort qu'il pense qu'une seule ninja représente une escorte suffisante ?

Les yeux glacés du leader de Suna se plissèrent mais il ne répondit rien.

- Bon les gars, reprit l'ennemi en interpellant ses camarades. Et si on apprenait à ce gamin la modestie ?

Ses acolytes rigolèrent en guise d'approbation. Ils furent trois à se jeter sur l'adversaire, bien trop vite pour le sable de Gaara. Toutefois le sabre de Laiah contra à temps les kunaïs et les assaillants retournèrent en arrière. Les deux alliés de Suna échangèrent un regard communiquant puis la jeune fille sauta en l'air pendant que le sable massif s'étendait sur le sol en une attaque imposante. Le chef et deux de ses subordonnés purent éviter l’offensive mais le dernier eut les pieds bloqués et avant qu'il ne puisse riposter, la masse claire l'enveloppa dans un cocon. La voix grave de Gaara retentit juste après que le cri du prisonnier ne soit étouffé par la fermeture de la prison dorée.

- Le tombeau du désert !

La forme explosa, éclaboussant les alentours du sang de l'ennemi qui s'était définitivement tu. Alors que le meneur restait en retrait, les deux autres adversaires s'élancèrent en avant. Le premier lança une attaque Suiton et le sable fut recouvert d'une vague gigantesque tandis que le second invoquait depuis un parchemin une grande quantité d'huile. La surface du sol devint alors visqueuse et humide, soit inutilisable pour le Kazekage. Les trois ninjas se regroupèrent et le chef s'avança à son tour, un sourire fier collé au visage.

- Maintenant que ton pouvoir est neutralisé, tu es perdu petit kage, nous allons vous éliminer très rapidement.

Laiah se plaça devant son protégé alors que l'autre invoquait par un ninjutsu un nombre incroyable d'armes ninjas aux lames tranchantes. Ces dernières furent lancées dans leur direction et la Gardienne écarquilla les yeux, activant le pouvoir de ses pupilles. Les trois virgules noires s'étirèrent pour former un pentacle et tout autour d'elle grandit soudainement une aura rouge écarlate qui se métamorphosa vite en un être imposant. L'armure formée encaissa toutes les lames sans sourciller, mettant ainsi Gaara comme l'invocatrice en sûreté. Les trois ennemis reculèrent sans comprendre.

- Qu'est... Qu'est ce que ça veut dire ? bredouilla l'un des subordonnés.

- Vous venez de découvrir la puissance de Susanô, affirma simplement Laiah.

Ils restèrent muets de stupeur.

- Je reconnais tes yeux ! s'écria alors le chef de l'unité. Tu possèdes des sharingans !

- Exact.

Sans ajouter quoi que ce soit, l'adolescente exécuta une série de mudras.

- Katon, déflagrations vorticelles !

La jeune ninja cracha alors un tourbillon de feu d'une grande ampleur et si le meneur put esquiver, les deux autres furent happés par la tornade incandescente, hurlant pendant quelques secondes avant que leur voix ne s'évanouisse dans la cendre. L'étrangère infiltrée fit disparaître Susanô avant de sauter vers le dernier ennemi avec une rapidité déconcertante. L'autre essaya de l'attaquer dans les airs avec du taijutsu, mais face aux pupilles rouges de la jeune fille, il n'était pas de taille. Cette dernière usa du pouvoir de ses sharingans pour paralyser son adversaire avant de sortir son sabre pour le trancher avec netteté le corps qui retomba au sol dans un bruit lourd simultané avec le son des talons de la ninja qui touchaient la terre au même instant.

- Tu n'es pas blessé Gaara ?

- Non, merci. Et toi ?

- Tout va bien.

Ils se sourirent avant de repartir avec l'intention d'arriver le plus vite possible. Lorsqu'ils arrivèrent à Konoha deux jours après, Shikamaru les attendait aux portes du village. Il salua respectueusement le Kazekage avant de le conduire vers le Hokage avec son escorte. Le garçon aux cheveux écarlates raconta à son alliée du village des feuilles les deux tentatives d'assassinat qu'il avait subi et Tsunade, prenant au sérieux cette affaire, lui assura qu'elle lui apporterait tout le soutien nécessaire. Les deux kages parlèrent des relations entre Suna et Konoha, et Laiah, s'ennuyant, s'approcha de la fenêtre pour admirer la vue. Une sensation étrange parcourut sa main gauche et elle la leva afin de regarder sa paume. Une étoile noire était maintenant tatouée sur sa peau. Il était temps pour elle de rentrer, sa mission était terminée. Elle jeta un regard en arrière, contemplant une dernière fois le visage angélique de Gaara, et celui ci, se sentant observé, dirigea son regard vers elle en lui souriant. Sachant pertinemment qu'une fois retournée au Monde Source, le jeune homme l'oublierait car elle n'avait jamais vraiment existé, des larmes se formèrent dans ses yeux. Elle ne s'habituerait jamais au fait de n'être qu'un élément temporaire dans la vie de personnes auxquelles elle s'attachait. Le garçon aux cheveux écarlates ouvrit la bouche, prêt à demander à son amie ce qui n'allait pas, mais déjà celle ci lui offrait un sourire éclatant. Troublé, il voulut lui poser des questions, mais elle avait disparu, n'avait jamais été là.

Fanfiction gardienne des univers chapitre 2

Chapitre 2 : Naruto, ou devenir une criminelle pour le fun

Laiah salua la dirigeante de l'agence avant de s'asseoir avec nonchalance sur le bureau de celle ci. Alaonore leva les yeux au plafond, exaspérée du manque de respect de la nouvelle Gardienne.

- C'est quoi cette fois ? demanda l'étudiante.

- Tu vas encore avoir à faire dans l'univers de Naruto, répondit la leader. Mais cette fois, tu intégreras l'Akatsuki. Concernant la mission, il te faudra exécuter celles désignées par l'organisation. Je sais que tu as des valeurs morales et que tu es loin d'être une terroriste, mais pour préserver l'ordre des mondes, je t'en prie, ne refuse aucune tâche là bas, même si certaines se révèlent inhumaines. Et je... Laiah, pourquoi fais tu cette tête ?

La jeune fille affichait une mine horrifiée.

- Aaaaaaaaahhh mais je vais mourir !

Alaonore haussa un sourcil, ne comprenant pas sa panique soudaine.

- La dernière fois il y a avait juste Gaara et j'ai failli explosé tant je l'aime, et là tu me dis que je dois aller dans l'Akatsuki alors que je crush sur huit membres sur les onze de l'organisation ?!

La blonde soupira, fatiguée, avant de se pincer l'arête du nez.

- Laiah, je compte sur toi pour prendre cette opération avec le plus grand sérieux. Tu ne vas pas n'importe où mais au milieu de criminels dangereux. Tu dois absolument faire preuve de discernement. Tu m'as bien comprise ?

- Oui oui, répondit la plus jeune.

- Bien. Le cadre temporel de la faille se situe avant que l'Akatsuki ne commence à chercher les démons à queues mais après le recrutement de Deidara et Hidan. Tu seras donc une nouvelle recrue trouvée par Pain. Je te souhaite bonne chance.

La brune activa son pouvoir et le temps du Monde Source se figea de nouveau. La jeune fille choisit le même avatar que lors de sa dernière mission, mais cette fois ci, elle opta pour un autre passé, devenant une ninja déserteuse du pays de la Lune, où la puissance militaire n'était que mineure. Décidant de conserver le même âge que dans la réalité, à savoir dix-huit ans, elle termina la création de son incarnation et plongea dans son nouveau corps tandis qu'elle basculait dans l'autre dimension.


 

*********


 

Laiah ouvrit les yeux. Elle était devant un temple qui paraissait abandonné, toutefois, elle ressentait de nombreuses présences à l'intérieur. D'un pas lent, elle s'approcha jusqu'à s'arrêter à l'entrée du bâtiment. Dans le hall se trouvaient tous les membres de l'Akatsuki, les yeux rivés sur elle. Son cœur loupa un battement et elle maîtrisa de son mieux les traits de son visage pour qu'il reste neutre. Elle balaya brièvement l'assemblée de son regard écarlate. Pain était au centre et tout indiquait qu'il semblait l'attendre.

- Voici la nouvelle recrue, déclara-t-il à ses compagnons, son nom est Laiah, elle vient du pays de la Lune.

Puis il s'adressa à elle.

- Approche.

La jeune ninja avança jusqu'à se trouver devant le leader du groupe. Derrière lui, Konan fit un pas en avant pour lui tendre le long manteau noir aux motifs de nuages rouges distinctif de l'organisation. Laiah enfila le vêtement, puis l'homme aux rinnegans tendit la main vers elle. Intriguée, la Gardienne présenta sa paume et le roux y déposa une bague, similaire à celles que portaient tous les autres adeptes de la communauté criminelle. Le bijou était rouge sang, avec en noir un symbole japonais.

- A partir d'aujourd'hui, précisa Pain, tu es membre de l'Akatsuki. La bague du Crépuscule est désormais tienne.

Ne sachant quoi répondre, l'étrangère infiltrée se contenta de hocher respectueusement la tête. Il lui tendit ensuite un kunaï. La jeune fille le saisit, s'empara de son bandeau frontal et raya sans hésitation la demi lune qui y était représentée avant de rattacher le tissu autour de son front.

- Les membres de l'organisation évoluent et travaillent en binômes, continua le chef des ninjas déserteurs. Le temps que je te trouve un coéquipier, tu seras envoyée en mission avec d'autres groupes. Pour l'instant, tu vas rester avec Deidara et Sasori.

- Entendu.

Les deux concernés relevèrent la tête et Sasori soupira.

- C'est toujours moi qui récolte les gamins, glissa-t-il avec lassitude.

Laiah s'empêcha de sourire, à la fois amusée par son caractère et totalement sous le charme de sa voix aussi grave que suave.

- Comment ça « c'est toujours moi qui récolte les gamins » ?! s'écria son acolyte blond, vexé.

Le maître marionnettiste l'ignora et plongea dans les iris écarlates de la jeune recrue qui s'était plantée devant lui.

- Tu n'auras pas à te plaindre de moi, lança-t-elle doucement.

L'aîné ne dit rien et se contenta de fixer sa nouvelle alliée, cette dernière essayant de percer le regard d'Hiruko, la marionnette derrière laquelle le ninja se dissimulait. Elle essayait d'imaginer le visage doux et magnifique du déserteur de Suna au travers du pantin.

- Ce temple n'est plus un sanctuaire sûr, reprit l'homme aux rinnegans. Nous allons devoir remettre notre réunion à plus tard. Chaque équipe va maintenant partir de son côté. Nous nous retrouverons dans dix jours au quartier général d'Ame.

- Ame ? questionna Hidan, je croyais que tu voulais éviter d'attirer l'attention sur ton repère ?

- Exact, alors soyez le plus discret possible. Personne ne doit vous voir.

Sans rien ajouter, le leader, accompagné de Konan, quitta le temple. Chaque duo partit ensuite, à tour de rôle. Ce fut le trio qui quitta les lieux en dernier. Laiah gardait le silence pendant qu'ils marchaient, préférant observer l'attitude de ses nouveaux camarades. Elle avançait un peu en retrait des deux artistes, consciente d'être encore une étrangère à leurs yeux. Ennuyé du mutisme de leur aîné, Deidara ralentit pour se placer aux côtés de la jeune fille. Il l'observa fixement de son œil visible, et la Gardienne plongea ses sharingans dans le bleu magnifique de l'iris du ninja. Celui ci fit la moue.

- Pfff, j'aime pas tes yeux, râla-t-il, ils me rappellent trop ceux de l'autre empaffé d'Uchiha.

- Désolée, répondit gentiment son interlocutrice qui ne voulait pas contrarier l'un de ses crushs.

- Mmmh, au moins t'es pas arrogante. Dis, t'aimes bien l'art ?

Laiah songea aux études d'arts qu'elle avait faites, puis à sa passion pour les nombreuses pratiques que le sujet recouvrait.

- Oui, j'adore ça, répondit-elle en offrant au garçon un sourire éclatant.

- Ah, bon point. Tu vas pouvoir trancher notre débat avec Sasori. Lui croit, à tort, que l'art doit être éternel, alors que moi, je sais que l'art véritable est éphémère, quelque chose qui sublime un instant avant de disparaître à tout jamais, comme une explosion par exemple. Tu en penses quoi ?

A l'entente de son nom, le maître marionnettiste tourna la tête en arrière, intéressé par la réponse de leur équipière. La jeune fille réfléchit un instant, soucieuse de la question. Bien sûr, elle connaissait déjà le point de vue des deux hommes sur l'art, ils en parlaient assez souvent dans l'animé. Cependant, elle n'avait jamais vraiment songé à ce qu'elle pourrait raisonner sur le propos.

- Et bien, j'aime les choses éphémères, ça leur donne un charme certain étant donné qu'elles seront ensuite liées au sentiment fort de la nostalgie. Toutefois, je dirais que l'art peut être à la fois la spontanéité comme l'éternité. C'est ce qui fait sa beauté en réalité, il peut être tout, et rien. C'est une dimension complexe qui échappe au sens humain. J'estime que l'art est avant tout ce qui vient de soi, aussi, ton art Deidara est tout autant véritable que celui de Sasori, puisque tous les deux sont les expressions de vos âmes d'artistes.

Elle termina son explication en offrant à son acolyte un nouveau sourire sincère tandis que celui ci rougissait de plaisir aux compliments qu'elle lui avait faits. Il était rare que quelqu'un lui manifeste un intérêt pour ses créations, et il appréciait beaucoup. Sasori laissa échapper un bref rire avant de prendre la parole.

- Et bien Deidara, toutes ces heures de débats vides à me prouver que ton art est supérieur au mien, alors que cette gamine vient de foutre en l'air toute ton argumentation d'une simple tirade bien plus intelligente que tout ce qui sort de ta bouche.

Le blond rougit de nouveau, vexé cette fois. Il commença à crier sur son aîné pendant que Laiah se perdait dans la contemplation du paysage, ignorant la dispute des deux ninjas. Les jours suivants ne furent pas plus calmes, les deux hommes enchaînant débats sur conflits avec une spontanéité toutefois harmonieuse et qui manifestait la force de l'amitié inavouable qu'ils se portaient l'un à l'autre. La Gardienne ne parla que très peu, lorsque cela s'avérait nécessaire ou bien quand l'un de ses acolytes réclamait son intervention. Le voyage jusqu'à Ame se fit sans difficultés, et la tâche la plus complexe fut d'entrer sur le territoire du pays de la pluie en respectant la consigne de Pain. En effet, être discrets devenait rapidement une épreuve avec Deidara. Ils arrivèrent au quartier général sans accidents et Laiah découvrit que ce repère se situait dans les souterrains de la tour principal de la ville. Sasori laissa à son allié le soin de guider la nouvelle recrue et de la conduire à une chambre, expliquant que sa marionnette Hiruko avait besoin de réparations. Moyennement satisfait de cette justification, le jeune ninja accepta toutefois la tâche puisqu'il appréciait la jeune fille depuis qu'elle avait éprouvé un intérêt certain pour son art. Lorsque les lieux furent plus familiers à cette dernière, et qu'elle eut pris connaissance de ses nouveaux quartiers, Deidara lui proposa une nouvelle activité. En effet, il était curieux de connaître le véritable visage de Sasori, et puisque le marionnettiste avait quitté son œuvre le temps de la retoucher, c'était l'occasion idéale. Laiah se fit la réflexion qu'étant arrivée peu après l'intégration du jeune homme, cela paraissait cohérent qu'il ne connaisse pas encore la véritable apparence de son équipier. Il voulait donc entrer sans permission dans les appartements de son binôme et souhaitait réaliser ce projet avec sa nouvelle acolyte. La jeune fille, bien que déjà au courant du physique de leur aîné, accepta sans réfléchir, ne pouvant refuser l'opportunité de voir la beauté angélique de son amour aux cheveux écarlates. Laiah n'était pas surprise du projet quelque peu immature du ninja, en effet elle avait vite remarqué devant l'animé Naruto que le rythme entre intrigue sérieuse et humour décalé était fréquent, mettant par ailleurs souvent en scène des antagonistes comiques prêts à jouer les gosses. Et bizarrement, Deidara faisait très souvent office d'enfant boudeur. Arrivés devant la porte, ils ouvrirent doucement celle ci, passant la tête discrètement pour observer. Sasori n'était pas à l'intérieur, mais la lumière provenant du bureau un peu plus loin donnait aux deux infiltrés une indication précise de la présence du marionnettiste. Ils échangèrent un regard entendu avant d'avancer doucement vers l'espace occupé. Ils pénétrèrent dans l'atelier et aperçurent alors le très jeune garçon à la chevelure rouge qui se cachait habituellement derrière Hiruko. Deidara laissa échapper une exclamation de surprise, ouvrant grand les yeux tandis que Laiah se perdait dans la contemplation de son crush. De l'un de ses trop nombreux crushs. Sasori se retourna et posa un regard sévère sur les deux intrus.

- Que faites vous là ? demanda-t-il, agacé.

- Mais je.. tu.. bredouilla le blond, perturbé.

- Mais quoi Deidara ? reprit l'autre. Ne me fais pas perdre mon temps.

- Mais t'es un gamin en fait ! s'exclama enfin le jeune ninja.

Le plus vieux resta un instant silencieux, puis il soupira de lassitude. La Gardienne n'avait pas décroché un mot, préférant observer sans se faire remarquer.

- Maintenant, continua Sasori d'un ton dur, expliquez moi ce que vous venez faire ici.

- Je voulais voir ta tronche, répondit le blond en faisant la moue comme un enfant réprimandé.

Le maître marionnettiste se tourna vers la jeune fille.

- La question s'adresse à toi aussi.

La nouvelle recrue chercha quoi dire dans le flot de ses pensées et estima que « je te trouve magnifique » n'était pas une bonne idée. Elle leva alors le doigt pour montrer son camarade et lança d'un ton posé :

- C'est la faute de Deidara, c'est lui qui a proposé.

Le blond la regarda, outré de sa trahison, mais les deux fautifs furent vite repris par leur aîné qui les fixait avec froideur.

- Je me demanderai toujours pourquoi l'organisation recrute des gosses.

- Parce que certains sont remplis de talents, comme ces deux là par exemples, répondit une voix féminine que tous reconnurent comme celle de Konan.

L'acolyte de Pain venait d'entrer dans la pièce à son tour.

- Toutes les équipes sont arrivées, je suis venue vous chercher, la réunion va commencer.

Le petit groupe partit donc en direction de la salle commune du repère, Sasori laissant Hiruko dans son atelier, n'ayant pas pu terminer ses réparations. Deidara et Laiah marchaient un peu en retrait, chuchotant avec plus ou moins de discrétion.

- Alors toi je te retiens, tu m'as vendu super facilement ! lui reprocha le jeune homme.

- J'suis désolée Deidara, j'ai paniqué et la seule autre pensée que j'ai eu me paraissait inappropriée !

- Ah oui ? C'était quoi ?

- Pourquoi je devrais te le dire ?

- Parce que t'as foiré la confiance que j'avais en toi ?

- Point pour toi.

- Bon allez, dis !

- Ben que je le trouve magnifique Sasori.

Le blond éclata de rire et Laiah résista très fort à l'envie de lui annoncer qu'elle venait d'un monde où existait le yaoi et que malheureusement pour lui, il en faisait souvent les frais avec son équipier. Elle se contenta de lui taper l'épaule pendant que devant eux, leurs deux aînés se retournaient pour savoir ce qu'il se passait. Lorsqu'ils furent tous réunis dans le salon, Pain fit un récapitulatif de leurs objectifs, de ce qui avait déjà été atteint, de leurs moyens à disposition puis il répartit les missions au différents duos.

- Laiah, tu iras d'abord avec Hidan et Kakuzu, étant donné que leur but est de récupérer un parchemin, je pense que tes capacités permettront plus de discrétion.

- Hey, ça veut dire quoi ça ? se vexa le serviteur de Jashin.

- Que tu es incapable de faire quoi que ce soit sans te faire remarquer, répliqua son binôme d'une voix cassante.

- Silence, ordonna le leader de l'Akatsuki.

Il posa son regard sur la nouvelle recrue.

- Lorsque le parchemin sera en votre possession, tu te dépêcheras de rejoindre Itachi et Kisame, et tu les aideras pour leur propre mission, ils t'expliqueront dès que tu seras avec eux.

Tout était dit, les équipes se séparèrent pour rejoindre les lieux qui leur avaient été attribués. Laiah était dépitée, elle crushait sur Hidan, mais il était insupportable. Pendant tout le trajet, il se disputait avec Kakuzu à propos de son dieu et la jeune fille en avait développé une profonde migraine. Décidée à ne plus entendre le passionné de religion, elle s'avança vers eux.

- Dites, vous avez prévu un plan pour récupérer le parchemin ?

- Je pense qu'Hidan et moi allons faire diversion aux portes principales pendant que tu iras discrètement le chercher, affirma le trésorier de l'organisation. Nous avons l'habitude d'attaquer ce qui nous passe sous la main, cela ne surprendra personne et toi tu auras le champ libre.

- Hum, ça me va, accepta la Gardienne.

Il leur fallut deux jours pour arriver à destination, et puisque Laiah devait rejoindre l'autre équipe le plus rapidement possible, ils ne perdirent pas de temps. Les deux immortels foncèrent simplement dans leur offensive pendant que leur alliée s'introduisait en silence dans le bâtiment. L'affolement était tel que la surveillance fut interrompue pour apporter du renfort aux combattants. Elle n'eut donc aucune difficulté à rejoindre la pièce, et encore moins à s'emparer du document convoité. Elle sortit ensuite, assommant les quelques personnes qu'elle croisait, puis elle rejoignit ses camarades. La ninja ne put s'empêcher de soupirer en voyant le bonheur incroyable qu'Hidan ressentait en découpant ses ennemis. Cet homme était l'indécence même. Elle avança avec désinvolte entre les cadavres et tendit le parchemin à Kakuzu, qui le prit avant de lui conseiller de se dépêcher pour retrouver les autres membres de l'organisation. Laiah ne se fit pas prier et s'élança vers le point de rendez-vous, qu'elle ne put atteindre qu'au coucher du soleil. Itachi et Kisame l'attendaient autour d'un feu de camp.

- Navrée si vous avez attendu, lança-t-elle en s'installant à leurs côtés.

- Oh t'en fais pas, glissa le renégat de Kiri avec un sourire, on sait bien qu'avec les autres tarés, t'étais loin d'être aidée.

Il lui tendit une ration de nourriture et elle le remercia.

- Quelle est la mission donc ?

- Et bien, quel zèle, ricana l'épéiste, prends donc le temps de te reposer un peu, on a le temps.

- Nous devons exterminer trois ninjas dangereux, intervint alors Itachi. Selon nos informations, ils devraient passer au village voisin demain.

Son équipier leva les yeux au ciel tandis que la Gardienne fronçait les sourcils.

- Et vous avez besoin de moi pour ça ? demanda-t-elle, connaissant la puissance des deux hommes.

- Ce sera plus simple à trois, l'informa le possesseur du sharingan. Ainsi nous pourrons faire plus vite, avec chacun un adversaire. Cela évitera les mauvaises surprises. Et puis il ne faut jamais sous estimer un ennemi.

- Oui tu as raison, approuva la jeune fille.

Kisame l'observa alors fixement, puis il pointa du doigt le haut de son visage.

- T'as vu Itachi, elle a les mêmes yeux que toi, c'est marrant. T'es pas une Uchiha pourtant ?

- Non, répondit Laiah tandis qu'Itachi posait ses iris sur elle. J'ai simplement toujours eu ces pupilles, je ne sais pas pourquoi.

- Peu importe, lâcha l'autre avec nonchalance.

La nouvelle recrue se sentait mal à l'aise. Elle connaissait tout du déserteur de Konoha, et elle l'admirait beaucoup en plus de crusher sur lui. Elle aurait voulu lui dire tout ce qu'elle pensait, toute la considération qu'elle avait pour sa vie, sa force, ses sacrifices. Mais elle ne pouvait rien dire. Alors elle garda le silence, laissant le crépitement des flammes accentuer le rythme de ses pensées. L'aurore arriva bien vite, et les trois acolytes se mirent en route vers le village. Comme ils l'avaient prévu, leurs cibles arrivèrent assez rapidement. A la vision de leurs manteaux noirs et rouges, ces dernières ne posèrent aucune question et se précipitèrent sur eux. Laiah offrit toute son attention à son adversaire. C'était un homme massif qui avait pour arme une faux assez imposante, mais loin d'égaler celle d'Hidan. La jeune ninja lança une balsamine de Katon que l'autre esquiva facilement. Il répliqua avec une vague de Suiton. Elle fut balayer par l'eau mais ne se sentit pas en difficulté pour autant. Se jetant sur son ennemi, elle entama avec lui un ballet aussi rapide que dangereux. Après avoir écarté l'arme de l'inconnu, les deux combattants durent user du taijutsu. Leur duel au corps à corps dura quelques minutes, puis, lasse de ce combat qu'elle voulait abréger, Laiah fit enfin appel au pouvoir de ses pupilles. Son sharingan lança la lumière céleste. La proximité entre eux ne permit pas au ninja d'éviter les flammes noires qui se propagèrent vite sur lui. Il essaya en vain d'éteindre le feu qui le consumait, mais n'y parvint pas. Laiah recula et jeta un œil aux alentours. Ses coéquipiers avaient terminé eux aussi, et ils la fixaient.

- Putain, elle a même le pouvoir incroyable de tes yeux Itachi, lança alors Kisame, surpris.

- En effet, c'est troublant, répondit son acolyte en étudiant minutieusement la jeune fille.

Celle ci leva sa main gauche et aperçut l'étoile noire qui était tatouée dans sa paume. Elle leva alors les yeux vers son crush et lui sourit avec toute la sincérité qu'elle avait.

- Ne te pose pas trop de questions, je suis juste un peu spéciale. Comme toi par ailleurs, alors fais attention à toi Itachi.

Avant que quiconque ne puisse réagir, elle activa son pouvoir et disparut du monde.

Fanfiction gardienne des univers chapitre 3

Chapitre 3 : Assassination Classroom, ou le dieu de la mort

L'étudiante sortit de chez elle pour rejoindre le trottoir. Comme à son habitude, elle partait en avance pour être sûre d'arriver tôt à la fac. Toutefois, une femme l'attendait tranquillement à quelques mètres du bâtiment qu'elle habitait. Alaonore.

- Désolée de venir à l'improviste, commença-t-elle, j'ai été informée d'une nouvelle faille par SMS. Comme je n'étais pas loin d'ici, j'ai décidé de venir à ta rencontre.

- Pas de problèmes. De quoi s'agit-il ?

- Assassination Classroom, ta mission sera de libérer le dieu de la mort avant qu'il ne devienne un être tentaculaire. C'est situé juste après sa capture.

La jeune fille fronça les sourcils.

- Mais cela ne risque-t-il pas de nuire à l'intrigue ?

Son interlocutrice secoua la tête.

- Comme je te l'ai expliqué, les dimensions externes au Monde Source sont nombreuses, pour chaque monde que tu peux visiter, plusieurs fils narratifs existent, avec différentes situations. Celles que tu modifies disparaissent pour former un tout avec l'univers original sans se croiser. C'est pour cela que l'équilibre des dimensions est si instable et fragile. C'est également pour cette raison qu'après chacune de tes missions, tu n'existes plus au yeux des personnages.

Laiah hocha la tête, puis elle activa son pouvoir. Elle ne mit pas longtemps à choisir son avatar, optant pour un physique identique aux siens avec pour caractéristiques propres à l'univers un don inné pour l'assassinat, l'infiltration et le silence.


 

*********


 

La Gardienne apparut sur un trottoir sombre, face à un bâtiment qu'elle reconnut aussitôt. Elle leva les yeux au ciel, si elle en jugeait la position de la lune parmi les astres scintillants, la nuit devait être bien avancée. Habillée de vêtements noirs et souples dont les multiples poches et revêtements dissimulaient nombre d'armes et d'accessoires, elle se glissa dans l'enceinte du lieu sans être repérée. Elle enfonça le plus possible sa capuche sur sa tête pour dissimuler ses cheveux rouges qui étaient plus repérables que le reste avant de poursuivre. La tâche la plus délicate fut de s'introduire à l'intérieur de la bâtisse, mais cela ne lui prit que très peu de temps, juste de quoi neutraliser les quelques gardes et passer inaperçue devant les caméras de surveillance. Une fois dans les couloirs, l'infiltrée devint une ombre silencieuse, passant de salles en salles à la recherche d'une certaine pièce. Pièce qu'elle finit par trouver. Des dizaines d'écrans montraient les angles des appareils de contrôle visuel. Un homme était assis sur un fauteuil, son attention était portée sur son téléphone et il semblait s'ennuyer profondément. D'un mouvement aussi furtif qu'invisible, elle se retrouva dans le dos de l'employé et elle lui asséna un coup sec destiné à l'endormir. Sa victime s'effondra sur son bureau, son portable entre les doigts. Ainsi, la piste du travailleur peu assidu et assoupi couvrirait ses traces. Elle s'informa ensuite du lieu où était retenu Koro et pirata le système pour que l'image sur l'écran se fige sur le prisonnier attaché à son lit. Rapidement, elle se dirigea vers la cellule de l'assassin, décidée à ne plus perdre la moindre minute. Lorsqu'elle entra discrètement dans la pièce, elle vérifia que la caméra ne la voit que de dos au cas où son action ne soit réparée trop tôt, puis elle brisa la vitre, réveillant ainsi celui que ce monde nommait le Dieu de la mort. Il plongea son regard dans celui de la jeune fille et elle y répondit en s'approchant de lui. Elle posa ses deux mains sur son bras, montrant ainsi qu'elle n'avait pas l'intention de l'attaquer par surprise.

- Je suis venue te libérer, murmura-t-elle.

- Ah oui ? sourit-il.

Elle savait que ce rictus était faux. Elle savait qu'à cette époque, il n'était qu'un tueur de talent sans bonnes intentions. Mais elle savait aussi qu'il avait une âme bienveillante, aussi se contenta-t-elle de répondre avec un sourire sincère. Laiah détacha les différentes entraves qui retenait le corps du meurtrier contre son lit. Il se redressa aussitôt et la fixa avec méfiance.

- Tu as un plan pour la suite ? demanda-t-il.

- Suis moi.

Il hésita, puis hocha la tête. Les deux nouveaux alliés se dirigèrent dans les couloirs et lorsque trois individus passèrent, le dieu de la mort aperçut le mouvement pourtant imperceptible de son acolyte imprévue. Elle coulissa contre les employés dans un silence irréel qui lui rappela un vent léger plein de douceur. Les corps s’effondrèrent, et il admira la technique de la jeune fille. Ils finirent par sortir du bâtiment pour s'élancer en courant sur les toits, agiles et synchronisés, montant de plus en plus selon les immeubles. Lorsqu'ils s'arrêtèrent en haut d'un building du centre ville, le tueur prit le temps d'observer celle qui l'avait libéré. Elle avait retiré sa capuche, la brise glaciale de la nuit faisait virevolter ses cheveux sombres traversés d'une mèche couleur du sang. Ses yeux cernés de noir accueillaient des iris marrons unis qui fixaient les étoiles avec émerveillement.

- Comment t'appelles tu ? demanda-t-il alors.

- Laiah.

Elle tourna la tête vers lui et lui offrit un sourire éclatant.

- Et toi, à part le dieu de la mort, tu as un p'tit nom ?

L'autre eut un bref rire, amusé.

- Pas vraiment.

La jeune fille regarda sa paume gauche et soupira en la voyant vide. Sa mission était pourtant remplie, que devait-elle encore faire ? L'assassin la coupa de ses pensées.

- Pourquoi es tu venue me délivrer ?

La question était légitime, elle témoignait de la curiosité de l'homme, mais aussi de sa méfiance. La jeune Gardienne savait pertinemment qu'au moindre faux pas, qu'à la première parole de travers, il n'hésiterait pas à la supprimer. Lentement, elle s'assit au bord du toit, laissant ses jambes se balancer doucement dans le vide. D'un geste de la main, elle invita son acolyte à venir près d'elle, ce qu'il fit, intrigué. Elle reprit sa contemplation de la voûte céleste avant de répondre.

- Si tu veux tout savoir, mon job dans la vie consiste à effectuer des missions sans me poser de questions. Je fais ce qu'on me dit, point final. J'ai toujours eu un peu de mal avec l'autorité et l'obéissance aveugle, mais cette fois ci, je sais que je travaille pour quelque chose qui me tient à cœur, alors je ferme les yeux sur le reste. Et aujourd'hui, on m'a dit de venir t'extirper de cette prison, alors je l'ai fait. Ma réponse te convient-elle ?

Elle avait conclu sa tirade en plongeant son regard dans celui de son interlocuteur. Le dieu de la mort hocha la tête. Laiah songea que malgré son expression amicale factice, il était mignon. Il avait vraiment la tête du type gentil qu'il était au fond de lui.

- Dis, tu vas faire quoi maintenant ? demanda la jeune fille.

- Sûrement retrouver celui qui m'a trahi pour lui faire passer l'envie de recommencer.

Il vit un éclat particulier briller dans ses iris marrons et haussa un sourcil.

- Quoi ?

- Je me faisais la réflexion que tu avais l'étoffe d'un vrai professeur, même si tu l'ignores peut être. Qui sait, ton élève avait peut être juste besoin de reconnaissance.

Le meurtrier garda le silence, triant les informations que son alliée lui offrait. Il finit par soupirer avant de regarder à son tour les étoiles.

- Tu es décidément bien étrange Laiah.

- On me le dit souvent ouais.

Il y eu un temps sans mots, où ils écoutèrent simplement le son du vent combiné aux bruits de la ville encore éveillée par endroits. La Gardienne aperçut l'étoile noire qui s'était incrustée sur sa paume gauche. Elle posa alors ses yeux sur Koro.

- Hé, la divinité ?

- Mmh ? répondit l'assassin, toujours aussi amusé.

- T'en fais ce que tu veux, mais sache que t'es vraiment magnifique.

Et sur un dernier sourire qu'elle donna à l'homme, qui, pour sa part, avait écarquillé les yeux de surprise, elle activa son pouvoir et retourna dans son propre monde. Lorsque Laiah ouvrit les yeux, elle était face à Alaonore.

- Mission accomplie avec succès, affirma-t-elle avant de reprendre sa marche vers la fac.

Après tout, Gardienne ou pas, elle avait un cours auquel assister.

 

 

 

 

La suite prochainement j'espère.





/début écriture : septembre 2018/

Commentaires (2)

Tyler
  • 1. Tyler | 01/11/2019
Comme d'hab ton écriture est toujours aussi plaisante à lire.
Je m'ennuyais du coup je me suis dit que j'allais relire les chapitres
Bah c'est toujours aussi cool que dans mes souvenirs
J'attends que tu sortes celle sur Kaamelott avec une impatience que je ne saurais cacher (Grand amoureux des textes et de la plume de notre cher Astier)
Aller bon courage ;)
laiah
  • laiah | 02/11/2019
Je te remercie pour ce commentaire et ces compliments. Il faudra encore patienter pour avoir la suite et notamment pour le chapitre Kaamelott. Ne t'attends pas à quelque chose d'aussi bien que la série, je n'ai pas la plume d'Alexandre Astier aha.

Ajouter un commentaire